Julien Foussard |


Julien Foussard, défis et améliorations

Ayant créé plus de 10 sociétés depuis qu'il a commencé dans les affaires, le jeune créateur d'entreprises est poussé par son adaptabilité pour poursuivre ses objectifs. Julien Foussard (http://www.julien-foussard.life) appuie les jeunes entrepreneurs pour faire fructifier leur business en débloquant des fonds à travers Iron Capital. La conception d’une plateforme de vente sur Internet a été la première entreprise de l'homme d'affaires quand il a fait ses premiers pas dans les affaires. Pour atteindre le succès, il s'avère fondamental, d’après Julien Foussard, qu’une entreprise ait la capacité d’ajuster ses stratégies aux challenges et aux changements qui existent dans l'univers professionnel.

OYST : l’ambition et les motivations de l’homme d'affaires

En lançant OYST, Julien Foussard se penche sur le plus gros souci des revendeurs en ligne, à savoir la conversion. OYST permet de décupler le taux de conversion des revendeurs en ligne par 5. Actuellement, Julien Foussard a pour principal enjeu de recruter les meilleurs agents pour mener à bien les missions qu'ils se sont données à travers OYST. Le système de 1-click buying OYST permet à l’abonné de passer et de valider sa commande en un seul clic, après que ses renseignements bancaires et d'expédition aient été préalablement enregistrés. Le procédé OYST veut rendre le « User Experience » plus aisé grâce au shopping prédictif et s’attaque aux domaines de la publicité, de l’e-commerce et du paiement.

Un magasin en ligne était la première affaire ouverte par Julien Foussard au moment où il a mis les pieds dans l'univers du business en 2007 à l’âge de 21 ans. La réussite de ses sociétés est due à l'acharnement et au professionnalisme de Julien Foussard. Pendant son cheminement, il a efficacement fait face aux complications relatives à l'entrepreneuriat. Cet homme d'affaires et businessman a compris dès son plus jeune âge qu’il voulait travailler dans le lancement de startups. Autodidacte, il s’arme de sa volonté d'entreprendre pour réaliser ses aspirations.

L’avis de Julien Foussard à propos du venture capital

La solidité de ce holding réside dans le fait qu'il coopère avec des businessmen aguerris, comme Julien Foussard, au lieu de compter sur des banquiers. L'entreprise Iron Group, créée et dirigée par l'entrepreneur compte au nombre des bailleurs de fonds qui se démarquent dans le paysage. En effet, il met à profit son vécu d’entrepreneur et sa compétence. Des formules préétablies censées multiplier leurs placements sont adoptées par la plupart des investisseurs qui n’ont jamais créé d’affaires. Grâce au capital-risque, les enseignes nouvellement lancées obtiennent un financement. La conviction de Julien Foussard s'avère être que pour bien entreprendre, il faut être convenablement accompagné. L’entrepreneur offre des recommandations, des encouragements ou des mises en garde pour se démarquer.

Le fonds d’investissement Iron Capital implanté en Angleterre et dirigé par Anne de Kerckhove se révèle être le l’organe financier d’Iron Group dont Julien Foussard est l’un des fondateurs français. Faisant grandir les prestations digitales de souscription et possédant plusieurs millions à investir sur 5 ans, la société Iron Capital va assister une cinquantaine de jeunes entreprises d’ici fin 2017. Julien Foussard crée Iron Capital pour accompagner les jeunes entrepreneurs audacieux. C’est selon lui un excellent moyen de garantir l’avenir du système et d’affirmer sa reconnaissance.

L'entrepreneuriat : la passion du manager

La participation du serial entrepreneur à la continuité des services d’e-commerce se fait au travers de son investissement dans des boîtes en pleine expansion et ayant de grandes chances de succès telles que Cheerz ou Krank. À l’âge de 21 ans, Julien Foussard crée sa première entreprise, car il a su dès son adolescence qu’il souhaitait être au cœur de l'ascension d’une entreprise. Passionné par l’entreprenariat et résolu, Julien Foussard a toujours essayé, puis réessayé après avoir connu un échec. Il concrétise plus tard sa nouvelle idée OYST. Afin de s'investir complètement dans le monde des affaires, le businessman met ses études en Europe de côté quelques temps et monte une dizaine d'entreprises travaillant dans l’abonnement sur Internet pour bâtir son expérience.